Jardin Comte de Falicon

Publié le par Jacques Peyrat

Jardin-Comte-de-Falicon.JPG


Les jardins urbains sont des sites privilégiés qu’il faut préserver et embellir.

 

Ils permettent des moments de détente et de rencontres qui participent à la qualité de vie du quartier.

 

Amoureux de leur soleil et de leur lumière, les Azuréens et singulièrement les Niçoises et les Niçois aiment aussi trouver un coin d’ombre, de verdure ou un espace fleuri, qui sont autant d’oasis, de lieux de respiration de la nissartitude.

 

Plusieurs opérations de création et de rénovation ont été réalisées ces dernières années parmi lesquelles on peut notamment citer : le parc Carol de Roumanie, le jardin Alsace Lorraine, le jardin Chéret, le jardin Henri Fabre, le parc Chambrun, le jardin Paul Déroulède, le jardin Louis Pin, le jardin Pégurier, le jardin de Saint Isidore, le Jardin de l’Ariane, le jardin Fella, le jardin Revelat, le jardin Roger Simon, le square Baron de Berre, le jardin Normandie-Niemen, la Place de l’Armée du Rhin, le jardin de la Villa Masséna, le jardin de la Place Arson

 

LE JARDIN COMTE DE FALICON

 

Le jardin Comte de Falicon et le boulevard commémorent la famille Renaud dont les membres ont porté les titres de comte, seigneur de Falicon, seigneur de Roccasparviera, comte de San Stefano. Cette famille est originaire de Sospel et s’est transportée à Nice au XVIIème siècle. Le nom patronymique primitif était Rainaldi, d’où Rainaud, puis Renaud.

 

Falicon fut d’abord fief de l’abbaye de Saint-Pons, puis des familles Grimaldi, Borriglione, de Berre, Marchesan et autres.

 

L’un des membres de cette famille, Etienne, donna le terrain sur lequel est édifié l’église du Vœu et ses abords.

 

Un autre grand domaine de cette famille, la « Prédiletta », existait à l’emplacement du boulevard et échut à la Ville de Nice.

 

Les Tondutti, autre grande famille niçoise, furent précédemment possesseurs du fief et du titre comtal rattaché à Falicon. 

 

Pendant le siège de 1543 mis devant Nice par les troupes de François Ier, allié aux Turcs, l’un des plus intrépides défenseurs de la cité, Jean André Tondutti comte de Falicon, trouva une mort héroïque sur le rempart Pairolière.

 

Cette inauguration suit celle de la Place Fontaine du Temple du 8 septembre dernier. Cette opération constitue le deuxième volet des réaménagements réalisés dans le quartier.

 

Le jardin Comte de Falicon constitue un balcon sur le boulevard et la place. D’une surface de 1900 m², c’est un jardin intime où les niçois peuvent jouer, se détendre à l’ombre des arbres. C’est un lieu de repos et de détente à l’échelle du quartier qui reste ouvert.

 

Le jardin s’organise autour de trois terrasses :

 

La première terrasse intègre le mur existant du terrain de sports. Elle donne accès à la villa du territoire marqué par un cheminement piéton en béton désactivé. Elle est largement plantée.

 

La deuxième terrasse intègre à la composition la belle villa Comte de Falicon.

 

La dernière terrasse est orientée dans le sens de l’avenue du Ray.

 

Le jardin est clos. Les grands portails en tôle découpée, ouvrages de serrurerie sur mesure, seront entièrement ouverts pendant les heures d’ouverture pour constituer de larges accès au jardin.

 

L’accessibilité des handicapés a été particulièrement soignée, compte tenu du dénivelé important entre le carrefour et le terrain naturel du jardin. L’allée donnant accès au jardin, large et confortable, favorablement positionnée, permet d’éviter de trop longs linéaires de rampe, et propose un accès à proximité immédiate du parking du boulevard Comte de Falicon qui dispose d’emplacements réservés.

 

Outre les jardins, des chantiers essentiels ont été lancés en direction du patrimoine vert de Nice pour l’agrément de la population : les rénovations de l’oliveraie basse des Arènes de Cimiez et du plateau supérieur de la Colline du Château, le lancement de la rénovation du parc Saint Philippe  avec l’ouverture début 2008 d’un jardin d’enfants en partie basse, côté boulevard Estienne d’Orves, la reconquête du parc du Mont Boron, sur 57 hectares, avec la perspective de la mise en place de 10 km de balades en sous-bois et un superbe parc dédié aux essences méditerranéennes, le parc de la Clua.

 

Commenter cet article